CONSULTEZ LES TRAVAUX DE JOSILONUS

CONSULTEZ LA BIBLIOTHEQUE DE IXEZEDE

Franois de Callires [1]

epubdes mots...
on line du bon usage...epub
Pour faciliter la lecture, la graphie a ŽtŽ modernisŽe et la ponctuation adaptŽe.

*DES MOTS A LA MODE, ET DES NOUVELLES FA‚ONS DE PARLER avec des observations sur diverses manires d'agir & de s'exprimer (1692) [2]
*DU BON ET DU MAUVAIS USAGE DANS LES MANIERES DE S'EXPRIMER: des faons de parler bourgeoises et en quoi elles sont diffŽrentes de celles de la Cour Ñ suite de Les mots ˆ la mode (1693) [2b]
*Addendum : accents et prononciation (extrait de Callires, De la science du monde, 1717)
Š Note sur Demander excuseÑ un insolite Žcho de la querelle jansŽniste (ˆ venir)
    
Un Commandeur de Malte revient ˆ la Cour aprs avoir guerroyŽ vingt ans en MŽditerranŽe et s'effare des transformations du langage et des mÏurs. Dans le premier ouvrage, ses interlocuteurs se dŽfendent et lui trouvent un air de vieillard. Dans le second, convertis, ils sollicitent ses conseils. Le premier est quelque peu hŽtŽrogne et bigarrŽ, le second mieux centrŽ, avec des personnages plus vivants. Ce dernier se termine par: Il y a une autre matire ˆ examiner pour parler correctement, c'est celle des bonnes & des mauvaises prononciations. Ce thme sera abordŽ en passant dans De la science du monde.
Les ridicules ˆ la Cour (des mots) et ˆ la Ville (du bon usage) sont dŽnoncŽs ˆ la fois pour eux-mmes et comme manifestation de bassesse.

Une fois la lecture achevŽe, il appara”t nettement que les rŽflexions sur la notion de noblesseÐ sur laquelle nÕinsistent, pourtant, ni lÕintitulŽ ni les diffŽrentes pistes de lecture esquissŽes par le paratexte, ni mme les comptes rendus ultŽrieurs Ð forment lÕessentiel de lÕouvrage (Ruggiu, 2006).

Callires n'est pas un puriste, regratteur de mots, c'est un grammairien utilitaire, soucieux d'Žviter le ridicule, le scandale, l'Žquivoque, la fatigue, etc.; de mme, ce n'est pas un mondain qui respecte les usages pour eux-mmes,  c'est un guide dans le monde, pour qui l'usage est un fait ... cette prŽoccupation d'Žviter le scandale et le ridicule, c'est le grand souci de Callires pour la vie mondaine (Roques, 1904, pp. 278-9)  [3].

La question "sociale" des mots est exactement formulŽe : les personnes de qualitŽ doivent exprimer celle-ci, ce qui leur interdit de parler n'importe comment (il y a canal) ou bassement comme les bourgeois ou les provinciaux. Il faut conna”tre, non seulement les bonnes faons, mais les mauvaises et celles qui ne sont plus reues. En effet, Il ne s'agissait pas d'apprendre quelques douzaines de mots ˆ employer, mais de savoir d'instinct et sans faute ceux qu'il ne fallait pas employer (Brunot, 1913, Histoire de la langue franaise, T. 4, p. 224).

La qualitŽ est une manire d'tre, pas de s'afficher.

Outre leur intrinsque intŽrt lexicographique (et les rŽflexions qu'ils suscitent sur nos propres faons de parler), ces petits ouvrages offrent un document anthropologique sur la noblesse ˆ la fin XVIIe et la nŽcessitŽ pour elle de se distinguer du mŽli-mŽlo qu'est dŽjˆ devenu la sociŽtŽ : l'inflation des signes (Messieurs mes chevaux !), les usurpations innombrables et tolŽrŽes [4], n'Žpargnent pas mme la Cour, ˆ la fois thŽ‰tre de la plus stricte Žtiquette et centre de loisirs [5].

 




[1] Diplomate chevronnŽ (traitŽs de Ryswick), F. de Callires (1645-1717) est l'auteur redŽcouvert de  De la manire de nŽgocier avec les souverains... (1716).
Tout au long dÕune longue vie qui fit de lui, ou peu sÕen faut, le strict contemporain de Louis XIV, il mit en pratique les principes de savoir-faire professionnel, dÕopportunisme clientŽlaire, de faire-valoir curial, de sollicitation intŽressŽe et de rŽussite sociale autrefois exposŽs par son pre dans la Fortune des gens de qualitŽ (Waquet Jean-Claude, 2015, "Callires et lÕart de la nŽgociation", In: Andretta,  PŽquignot, Waquet, (eds), De lÕambassadeur, Publications de lÕEFR).
[2] Paru en 1692 ˆ Paris chez Claude Barbin, il a connu un nombre considŽrable de rŽŽditions dans les annŽes 1690 : trois ˆ Paris chez le mme Žditeur en 1692, 1693 et 1694 ; trois ˆ La Haye, chez A. Troyel, en 1692, 1693 et 1697 ; deux ˆ Lyon, en 1693, chez Hilaire Baritel et Thomas Amaulry, et, enfin, une en 1698 chez Michel Brunet.
Edme Boursault, un littŽrateur alors en vogue qui ne rŽpugne pas ˆ tirer profit du succs des autres, en donne une adaptation (infidle), la comŽdie Les mots ˆ la mode (1694).

[2b] Le traitŽ Du bon et du mauvais usage, le plus intŽressant pour nous, ne para”t pas avoir eu le mme succs ˆ son apparition. Les courtisans se croyaient-ils plus ˆ l'abri des locutions basses que des mots nouveaus, la critique des bourgeois de la Ville laissait-elle froid le public qui avait enlevŽ les Mots ˆ la mode ? Toujours est-il que le traitŽ n'eut pas de seconde Ždition (Roques, 1904, p. 287).

[3] Ruggiu Franois-Joseph, 2006, "Des mots ˆ la mode... Un discours nobiliaire ˆ la fin du rgne de Louis XIV", In: Figeac, Dumanowski, (eds). Noblesse franaise et noblesse polonaise, Pessac, Maison des Sciences de lÕHomme dÕAquitaine.
Roques Mario, 1904, "Notes sur Franois de Callires  et ses Ïuvres grammaticales", In: MŽlanges de philologie offerts ˆ Ferdinand Brunot, pp. 273-301 (pdf)

[4] Il y avait... dans la rue S. Denis un Marchand nommŽ Monsieur Simon qui me fournissait de dentelles, il avait un fils assez bien fait; ce fils sur le tŽmoignage de sa bonne mine se crut de meilleure maison que son Pre, il quitta sa boutique pour faire le voyage d'Italie, & il commena par faire canoniser son nom, en se faisant appeler Monsieur de S. Simon ; ˆ son retour, ayant trouvŽ son Pre mort & assez de bien pour se mettre en Žquipage, il changea de demeure & de quartier, prit un carrosse & une livrŽe bien chamarrŽe, & s'investit lui-mme du titre de Marquis de S Simon, dont je l'ai trouvŽ en pleine paisible possession.

[5] La cour me para”t plut™t se caractŽriser, en tout cas pendant tout le XVIIe sicle... par une oscillation constante entre des moments cŽrŽmoniels, honorifiques, trs contraignants, et des moments inverses de familiaritŽ absolument incivile selon les critres de la civilitŽ (Merlin-Kajman HŽlne, 2001, "CivilitŽ, civilisation, pouvoir", Droit & Philosophie, vol 3).